Poème inédit : « Post mortem : la vengeance des papillons ». | Auteur Christian ALLMANG.

2108518395_1-Google-ImageGratuite-Papillon

Assis dans le jardin d’une nature aimante S’invite à l’interné ; légère et frémissante, La palette à ses yeux d’un aléa divin, Qui d’un coléoptère et d’une rose écrin, Lui rappelle d’un temps sa jeunesse stupide. C’est d’un voleur de vie et son penchant morbide Qu’il regrette bien tard pour de nombreux motifs, Qu’il fût cet assassin de papillons captifs. Jeune bourreau sans âme éludant sa souffrance, Il étouffait à mort, de ses doigts ; leur puissance, La beauté innocente où d’un geste odieux, S’augmentait…

Poème inédit : « La tourterelle, la pie, la souris et la chatte. » | Auteur Christian ALLMANG.

Dans un jardin bourgeois d’une belle demeure, Derrière les thuyas, côté face intérieure, Etaient alimentés chaque jour que Dieu fait, Les oiseaux du pays, vivant d’un tel bienfait. La maîtresse des lieux de son pain en miettes Subvenait à la faim de nombreux pique-assiettes. On en comptait beaucoup venant se côtoyant Qui d’un accord d’oiseaux, piquaient, se remplaçant. Du moineau au corbeau, du pigeon à la pie Et de la tourterelle, on eût dit que la mie Etait en cet espace un don providentiel, Propre…

Poème inédit : « Cette autre thérapie » | Auteur Christian ALLMANG.

Va mon atout de coeur, pose-toi sur la joue De celle qui de jour, de celle qui de nuit, Corps servant pour nos soins, qu’on espère et qu’on loue, Vient amoindrir ton mal d’un sourire qui luit. Pour toi, en vert ou blanc, qui t’attaches d’astreinte, A servir et soigner, qui homme s’investit De son sourire autant ; que t’en gardes l’empreinte, Qu’il aille tout vers toi mon merci qui s’écrit ! Vois d’abnégation en quoi elle est féconde Cette autre thérapie au sein de…

Poème inédit : « L’amour » | Auteur Christian ALLMANG.

Comme un baiser mouillé, d'une fleur, la rosée ; Qu'en intime caresse, au matin, reposée, Ta main vient se glisser dans le creux de mon dos, Pour se faire l'éveil de mes sens au repos… Quand tes seins chauds et lourds se remplissent d'ivresse, Que tes longs cheveux blonds habillent leur souplesse, D'une cape de soie aux mèches pour ruisseaux, D'où coule ta beauté qui m'entraîne en ses eaux… Quand ta bouche et ton front sur ma nuque fléchie, Déposent de tendresse les mots de…

Poème inédit : « Ivresse » | Christian ALLMANG.

Mon cœur est une oreille ; Il entend tout de vous : L'amour qui s'en éveille, Les mots de nos jeux fous. Les raisins de vos treilles, Je les cueille jaloux, De vos lèvres vermeilles, De vos dessous si doux… Croquez… Croquons groseilles Vos penchants que j'absous : Vos charmes, vos merveilles Qui font mes rendez-vous. Même cru que la veille Vers ; de vin, nos remous Restez en la bouteille, De grâce qu'entre nous.

Poème inédit : « Souffrances marines » | Auteur Christian ALLMANG.

Vogue de mes bleus, mon âme sur tes flots. Ceux de toi, ô ! ma mer où vont des Dieux, mes mots. Que m’emportent leurs vents le long de tes rivages, De leurs souffles autant que mes ressacs d’images. De tes rives j’irai chercher ton horizon Et du haut de ton corps ; d’un bas sa déraison. Je serai attentif à tes coups de semonce, Allant voir et pleurer de mes vues en quinconce, Du corps bleu de tes eaux : l’abîme moribond ; D’où monteront vers moi, tous…

Poème inédit : « La neige » | Auteur Christian ALLMANG.

Elle est l’habit papal dont notre ciel blanchit Les cimes de nos monts que le très Haut bénit. Un signe de lumière autant que de symboles Qui physiques en croix élèvent d’acropoles, Nos yeux comme nos sens vers des temples d’échos, D’où descendent des Dieux, leurs voix en dominos. Elle couvre de douceur les pentes caillouteuses En sirène d’oubli des pistes dangereuses Mais l’homme l’aime tant que s’en faisant l’ouvreur, Il en meurt d’interdit d’une course de cœur, Dans un sourd grondement dont la neige…

Poème inédit : « La pluie » | Christian ALLMANG.

Dans la nuit on l’entend de son bruit rassurant ; Celle qui dans nos lits tambourine en tombant Nos rêves de dormeurs en files aquatiques, Sur nos toits de maisons, en pentes hydrauliques. Parfois on tend l’oreille à craindre son arrêt Mais ce n’est que le vent, qui s’en faisant l’archet, La module en des sons qu’accorde un violoniste D’un court moderato, qui fait qu’elle subsiste. Et puis elle rejoue au plus fort son concert Des chutes et des pleurs d’un ciel qui la ressert.…

Poème inédit : « Nostalgie » | Auteur Christian ALLMANG.

Feuille ; j’ai regardé à l’automne, ta fin, Couleur jaune d’oubli ambré par ton déclin ; Quand vers toi me baissant, simplement pour te prendre, Tu m’as fait remonter d’un passé ; l’âge tendre. Ta fibre mordorée à ma plume en sommeil, Sur l’humus arrosé s’en est faite l’éveil Et de mes souvenirs venant à l’improviste, S’est calqué de tes tons d’une empreinte intimiste, Mon retour vers mes bleus, tel que s’en revenait, D’un cadre nostalgique ; un temps qui m’enivrait. Ô ! Toi sève…